Facile à dire…

« Tu as mis 9 mois pour le faire, il te faudra 9 mois pour retrouver ton corps… »
« Tu as le temps… te prends pas la tête tu vas perdre… »
Oui mais en attendant c’est moi qui ai les kilos en plus, c’est moi qui ne me reconnais pas dans le miroir et c’est moi qui ne sais plus comment m’habiller…
Oui parce qu’on ne vous dit pas tout sur le post natal et on ne sait pas à quel point c’est difficile de se voir si transformée…
Évidemment on est la plus heureuse du monde d’avoir ce petit être dans nos bras et tellement fière de se dire qu’on l’a porté pendant 9 mois 🙂
Mais une fois la première fatigue passée et les douleurs oubliées, on n’est plus seulement concentrée sur bébé et « je dois récupérer » et « je dois être en forme » mais aussi sur « je veux me sentir bien » « je veux me sentir belle… »
Et c’est là qu’on s’aperçoit que le chemin risque d’être long et difficile…
Oui parce qu’on n’est pas une star avec 3 coachs 24h /24h pour s’occuper de nous… Et parce qu’on a quand même envie de se faire plaisir tellement on est fatiguée par notre nouveau rythme… Et parce qu’on n’a pas toute la chance de retrouver son corps rapidement et sans effort, et oui c’est injuste mais c’est vrai pour certaines grrrr… 😉

Alors comment faire pour bien vivre cette période ? Comment faire pour accepter ce nouveau corps ? Comment se sentir moins seule, moins regardée (oui pcq’on a tjs l’impression que les gens nous regardent en pensant : « mais elle a accouché ou pas ? ! »
Figurez-vous que je n’ai pas vraiment de réponse… Si ce n’est parler !!!
Parce que je crois que si on ose dire ce que l’on vit et ce que l’on ressent ça peut aider les autres.
Imaginez-vous, moi conseillère en image… je ne souligne pas cela de manière prétentieuse… c’est simplement pour dire que je suis professionnelle de l’image, de l’estime de soi et du style.
Je suis la 1ère à crier haut et fort que l’on doit s’accepter comme on est et pourtant aujourd’hui je ne suis pas capable de le faire…
Alors Mesdames, sachez que je compatis… s’accepter oui… facile à dire !!! Et il faut parfois un long travail sur soi, j’en suis plus que consciente aujourd’hui…
Mais je crois aussi tellement que la vie est un cadeau que finalement ce corps disgracieux, ces kilos en trop, ces qq défauts qu’on est parfois la seule à voir ne doivent pas nous empêcher de vivre, de nous aimer et d’aimer ceux qui nous entourent…

Ces chiffres qui nous emprisonnent…

Que l’on aime les maths ou non, il y a des chiffres qui nous poursuivent… Ce sont des chiffres qui nous empoisonnent et parfois même nous emprisonnent, il s’agit de la taille, du poids, de l’IMC (Indice Masse Corporelle) ou encore des mensurations…

Ces chiffres nous dictent des normes auxquelles il faut se soumettre, des codes à respecter, ils nous placent dans un cadre limité duquel il ne faut surtout pas sortir…

Et ce, dès la naissance. En effet, dès que le bébé commence à se former dans le ventre de sa mère, on va contrôler son développement, on surveille qu’il suive bien la courbe de croissance… Evidemment, il s’agit de s’assurer que tout va bien mais cette pratique va nous poursuivre tout au long de notre croissance. Et de ce fait, plus tard, il résulte des phrases toutes faites ou des préjugés qu’on subit comme : « il n’est pas assez grand pour son âge »  « elle est trop grosse pour sa taille  »  « si je fais du 38, je serais forcément plus belle que cette femme qui fait du 44 »   « si je suis un homme et que je fais du 36, je ne suis pas assez viril… »

Tout ça à cause de ces chiffres…

Il m’est arrivé de coacher des personnes qui refusaient catégoriquement d’acheter un vêtement une taille au-dessus… La taille des vêtements : voilà un autre chiffre qui nous emprisonne. Pourtant les vêtements taillent différemment d’une marque à l’autre ou d’un pays à l’autre. Pour un même modèle, il peut parfois y avoir un souci dans la chaîne de fabrication et le vêtement paraîtra plus ou moins large pour une même taille.

L’idée n’est pas de dire stop aux chiffres parce qu’ils sont là aussi pour nous aider, ils nous servent de repère, d’indicateurs mais en aucun cas, ils ne doivent nous dicter qui nous sommes.

Alors si la balance affiche un chiffre un peu supérieur : pas de panique !

Si exceptionnellement, dans cette marque il vous faut une taille au-dessus : inutile de stresser !

Si vous ne correspondez pas à la norme et que vous êtes en bonne santé : tout va bien !

Taille, poids, IMC et mensurations ne sont que des indicateurs…

Ce ne sont pas ces chiffres qui définissent votre valeur…

Vous êtes bien plus qu’un numéro, vous valez bien plus que ça, c’est certain !!!

pèse personne

Retrouvez cet article en audio sur la radio Phare FM, en replay dans l’émission « Caro and co »

 

Miroir… mon beau miroir…

Est-ce que réellement il suffit de demander à son miroir si on est la plus belle/le plus beau ? Evidemment non, alors comment se sentir belle/beau ? La beauté au fond c’est quoi ???

Avant toute chose, il est bon de préciser que la beauté est subjective, ce que tu trouves beau ne le sera pas forcément pour les autres et inversement.

Aujourd’hui les critères que nous donne la société : c’est plutôt bronzé, mince pour les femmes et musclé pour les hommes.

Mais ces standards évoluent… autrefois il fallait être très blanc de peau et bien enrobé pour être considéré comme beau. Les codes changent en fonction des époques, des cultures et des pays. On subit la pression sociale et si on ne correspond pas aux critères du moment, on se sent hors norme et donc pas belle/beau ou pas aussi belle/beau qu’il faudrait.

Par ailleurs, j’aimerai ajouter que la beauté est un ensemble. On la limite souvent à ce que l’on voit c’est à dire au physique : la silhouette, la forme du visage, la couleur des yeux, la coupe de cheveux… Et trop souvent on néglige ce que l’on ne voit pas c’est à dire : la beauté intérieure : la personnalité, le caractère, les qualités de la personne, ses valeurs.

Alors si l’on considère que la beauté est subjective, que les standards évoluent et qu’il faut prendre en compte également les qualités intérieures, on peut affirmer que chaque personne a une beauté en elle et que même si on ne correspond pas au format de la société actuelle, on a le droit d’assumer sa différence et de se sentir belle/beau !!

 

Se comparer : bonne ou mauvaise idée ?

Parlons comparaison, souvent jugée « ennemie numéro 1 » de l’estime de soi elle peut être bénéfique à certaines conditions. Voyons cela de plus près…

Il y a 2 sortes de comparaison :

Les autres personnes qui me comparent… Les parents, les amis, le patron ou les profs nous comparent à d’autres personnes. Par exemple une maman qui va comparer ses 2 enfants, ou un prof qui compare 2 élèves ou encore un patron qui va mettre en concurrence des collègues… Cette comparaison là, ne peut malheureusement pas être évitée. Et en plus, elle aura des conséquences : jalousie, baisse d’estime de soi, sentiment d’infériorité…

Deuxième type de comparaison : Moi même je me compare… On le fait tous de se comparer, même si on sait que ce n’est pas toujours bénéfique… Donc on se compare à un ami, à une personne connue… Les jeunes filles ou les jeunes hommes vont se comparer entre eux, leur silhouette, leur look… Les mamans vont se comparer aux autres mamans, physiquement mais aussi la façon d’éduquer leurs enfants. Les hommes, eux, compareront plutôt leur réussite sociale, professionnelle… Là encore, il y aura des conséquences sur l’estime de soi , sur la façon de se voir. Parce que bien souvent, nous ne sommes pas objectifs et nous allons forcément nous trouver inférieurs, moins bien, pas assez ceci ou pas assez cela…

La comparaison peut également engendrer un non contentement, on n’est pas satisfait de qui on est et de ce que l’on a. Et de ce fait, on est moins heureux !

Évitons donc de nous comparer systématiquement et comparons-nous de la bonne façon… Oui il existe une bonne façon de se comparer, elle se résume essentiellement en 3 temps :

– > La bonne raison de se comparer… Je ne me compare pas pour me sentir supérieur, pour savoir qui est mieux que l’autre, si je suis plus beau, plus intelligent ou si j’ai mieux réussi. Je vais me comparer pour progresser. La bonne façon de se comparer va être un moteur pour avancer et m’améliorer !

– > Choisir les bonnes personnes à qui je me compare : 

Si je compare une performance : prenons l’exemple d’un sportif. Si je suis un amateur, je vais éviter de me comparer à un professionnel sinon je me sentirais toujours frustré. Bien sûr, les sportifs de haut niveau sont inspirants… Mais mieux vaut se comparer à un ami qui s’entraîne avec moi ou à mon coach qui va m’inspirer, me conseiller et m’aider à progresser

Si je me compare physiquement : par exemple si j’ai 50 ans, je vais éviter de me comparer à une personne qui en a 20, parce que sinon, je vais me sentir vraiment mal…  La base n’étant pas la même, la comparaison ne donnera rien de positif. Je choisis donc une personne proche de mon âge, de ma morphologie, quelqu’un qui va m’inspirer et me donner envie de m’améliorer mais sans forcément me transformer…

– > Rester soi même… Toujours garder à l’esprit que je me compare pour me booster, pour m’améliorer, pour aller de l’avant mais toujours en restant moi-même. Je dois veiller à respecter mon authenticité et mon identité.

En respectant ces quelques conseils, vous verrez que la comparaison n’est pas une si mauvaise idée à condition de toujours rester soi et se challenger soi même !

N’appréhende plus l’été, révèle ta beauté

C’est parti : direction l’été !!!

Depuis quelques jours les magazines, les pubs tv, les rayons des pharmacies, les réseaux sociaux affichent des produits minceur, des gélules pour bronzer, des crèmes auto bronzantes, des produits detox, des recettes minceur…

Bref le message est clair : cet été tu dois être mince et bronzé(e) !!!

C’est peut-être la raison pour laquelle tu appréhendes l’été parce que tu ne corresponds pas aux standards que la société t’impose ! Et si cette année, les choses changeaient… Si tu décidais d’apprécier l’été et toutes les joies que cette saison nous offre : chaleur, baignades, vacances, moments entre amis…

Après tout, ce n’est pas aux médias de t’imposer comment tu dois être. Ta beauté ne dépend pas de ton tour de taille ou de l’intensité de ton bronzage. Ta beauté n’est pas seulement extérieure, il faut aussi considérer toute ta personnalité : tes talents, tes qualités, ta personnalité…

Mon slogan est « révélez enfin qui vous êtes ! » Parce que mon métier au delà de mettre en valeur l’image permet aussi de révéler tout ce qui est en toi afin que l’extérieur et l’intérieur soient en accord parfait et que tu révèles pleinement ta beauté !

Cette année, ne te laisse pas influencer par les médias qui idéalisent une beauté stéréotypée : tu es unique c’est ton meilleur atout !

N’appréhende plus l’été : révèle ta beauté ! Sois pleinement toi !

« Hair » de vacances

Soleil, sel, chlore, chaleur autant d’éléments néfastes pour nos cheveux… L’été est souvent une période durant laquelle les cheveux souffrent, sèchent, fourchent, se décolorent et c’est au mois de septembre que l’on regrette de ne pas s’en être occupé davantage. Alors oui c’est magnifique les cheveux wavy sur la plage mais il faut absolument en prendre soin.

Voici quelques astuces qui vous aideront :

1 – On protège… Choisissez une huile protectrice enrichie en huiles essentielles, elle protègera vos cheveux des rayons UV, du sel et du chlore. Elle évitera que votre couleur se modifie, et en plus elle aidera vos cheveux à se discipliner. C’est exactement comme pour la peau, lorsqu’on s’expose, on pense toujours à se mettre de la crème pour bien bronzer et éviter les coups de soleil et en général on renouvelle l’opération régulièrement tout au long de l’exposition. Faites de même avec vos cheveux, appliquez l’huile dès votre arrivée à la plage et renouvelez l’opération si nécessaire.

2- On rince… Pensez à rincer vos cheveux après chaque baignage pour éliminer le sel ou le chlore et éviter que vos cheveux soient agressés. Pensez ensuite à appliquer de nouveau le soin protecteur.

3- On lave… Choisissez un shampoing adapté à la nature de vos cheveux et surtout enrichi en agents hydratants comme l’huile d’argan par exemple. Vous n’êtes pas obligés de les laver tous les jours sinon ils risquent de graisser trop vite par la suite mais au moins tous les 2 jours. En revanche si vous ne les lavez pas, pensez à bien les rincez après chaque journée passée au soleil afin d’éliminer l’huile protectrice, le sel, le chlore, les saletés diverses…

Processed with VSCO with c1 preset
Shampoing after sun Nashi

4- On hydrate… Faites un masque ou un soin hydratant une fois par semaine. Après le shampoing, essorez bien vos cheveux et appliquez le soin sur les longueurs et les pointes en massant légèrement afin de bien faire pénétrer le produit dans les écailles. L’essorage est le petit détail qui change tout, si vous appliquez le soin sur cheveux mouillés il ne nourrira pas en profondeur et aura une action superficielle. Or le secret pour avoir des cheveux doux et soyeux c’est de les hydrater en profondeur. Entourez vos cheveux d’une serviette en éponge, laissez poser toute la nuit et rincez-les uniquement le lendemain matin ; d’abord à l’eau tiède puis à l’eau froide pour refermer les écailles et augmenter la brillance des cheveux. Si vous n’avez pas la possibilité de laisser poser une nuit entière, au moins ¼ d’heure sur cheveux propres et bien essorés.

Processed with VSCO with c1 preset
Shampoing after sun et masque hydratant Nashi

D’une manière générale optez pour un séchage naturel, sèche cheveux et plaques ont aussi besoin de vacances 🙂

 

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑